Test

ce widget est un test

vendredi 21 mars 2014

Wasp 103 b, une planète sur le fil du rasoir




Wasp 103 b est une jupiter chaude (extrêmement, de l'ordre de 2200°C!) orbitant autour d'une étoile de type F en une vingtaine d'heures seulement. Elle fait partie de cette catégorie particulière de planètes si proches de leur étoile qu'elles en effectuent le tour en un temps ultra-court, leur conférant le sobriquet de planète à ultra-courte période de révolution. En fait, elle est même si proche de son étoile qu'elle pourrait bien être rapidement disloquée et désintégrée par les forces de marée de son Soleil!

M. Gillon et al. annoncent sa découverte en 2014 de même que ses caractéristiques extrêmes : Wasp 103 b tourne autour de son soleil à une distance équivalente à seulement deux rayons de celui-ci, parcourant son orbite en seulement 22,2 heures. Wasp 103-b a une taille et un diamètre, respectivement, de 1,49 et 1,53 fois ceux de Jupiter. Cette planète rejoint le petit groupe d'exoplanètes dont on sait qu'elles sont sur le fil du rasoir, au bord de la destruction par les forces de marée de leur étoile parente. Ce groupe inclut notamment Wasp 12 b, Wasp 18 b et Wasp 19 b.

Du fait de sa proximité à son étoile et de la chaleur que celle-ci lui dispense, Wasp 103 b est une planète enflée (puffy planet) dont la densité avoisine 55% seulement, de celle de l'eau. Mais la faiblesse de cette densité ne provient pas uniquement de l'intense radiation reçue, elle résulte vraisemblablement également des forces de marée conduisant à la déformation de la planète. Wasp 103 b orbite à une distance seulement 15 à 20 fois supérieure à la limite de Roche, en deçà de laquelle les forces de marée seraient supérieures à la cohésion interne de la planète.

Les planètes à ultra-courte période de révolution sont connues pour se trouver à la la limite d'être disloquées, et il est probable que plusieurs d'entre elles, à l'image de systèmes binaires dont l'une des étoile nourrit l'autre par transfert de masse, subissent des pertes importantes et régulières de masse et des torsions incroyables. On sait que l'une d'entre elles en particulier, Wasp 12 b, a d'ores et déjà perdu du matériel planétaire : l'observation de cette planète montre que du matériel planétaire s'en est détaché, mais cette observation n'est pas facile. Le cas de Wasp 103 b est particulier : l'extrême radiation qu'elle reçoit de son étoile, conjuguée à sa luminosité et à l'inflation atmosphérique de la planète, la rend aisée à étudier. Peut-être observerons nous bientôt les premiers signes de la fin de vie de cette planète, par l’intermédiaire de distorsions planétaires dues à la marée, et de perte de matériel planétaire, l'annonce que la planète est sur le point d'être désintégrée et engloutie par son étoile, l'annonce d'un véritable dîner cosmique fatal à Wasp 103 b.


M. Gillon et al. (2014), "WASP-103b: a new planet at the edge of tidal disruption", arXiv:1401.2784.